Interviews Dean-Lister-no-ADCC-Foto-John-Lamonica2

Publié le 10 janvier 2014 | par Panta Rei

1

Interview exclusive avec Dean Lister!

Panta Rei : Bonjour Dean et merci de nous accorder de ton temps!

PR : Tu es l’un des meilleurs grapplers en activité mais il susbsiste un certain flou à propos de ton parcours, tu as pratiqué la lutte et le sambo mais il semble que la majeure partie de ton entrainement vienne du jiu-jitsu, non?

Dean Lister: Oui la majeure partie de mon background est le jiu-jitsu en gi… Mais j’ai fait de la lutte au lycée et ensuite j’ai remporté deux fois le championnat nationnal de Sambo…. J’ai appris les clés de bras et de pied basiques avant de commencer le jiu-jitsu.

PR : Tu es l’un des plus grands spécialistes des clés de jambe. Que penses-tu de l’intérêt porté à celles-ci ces derniers sachant qu’à une époque pas si lointaine tu étais mal vu quand tu attaquais les jambes?

C’est amusant… On me disait que les clés de jambes ce n’était pas technique et que je devrais me focaliser sur le passage de garde…. Je passe toujours la garde mais je pense que les clés de jambe sont une arme fantastique PARCE QUE les gens en ont peur et ne savent pas les défendre correctement, surtout sans gi.

PR : Pour l’ADCC 2013 tu es allé t’entrainer chez Atos. Pourquoi es-tu allé là bas et comment était l’entrainement?

On habite dans le même secteur, ce sont des locaux, ils viennent à mon académie et je vais dans la leur. C’était un très bon entrainement et nous avons pu partager plein de techniques et de secrets d’entrainements… Tout ces gars sont mes amis et la plupart d’entre nous qui se sont entrainé pour l’ADCC se sont très bien débrouillé lors de la compétition.

PR : Le clan Atos était rempli à craquer de bêtes de jiu-jitsu, de poids très différents allant du poids léger Rafael Mendes aux plus lourds comme Andre Galvao ou toi même. Comment t’y es-tu pris pour t’entrainer avec autant de partenaires différents? Y-allais-tu plus doucement avec les gabarits les plus légers ou est-ce que l’intensité restait maximale même dans ce cas?

On y allait à fond mais oui, contre les légers j’utilise une façon différente de tourner. Pas plus facile, juste différente. Il est très important pour moi de ne pas me rabattre sur mon poids quand je m’entraine avec un partenaire plus léger, c’est une opportunité pour moi de travailler sur mes mouvements.

PR : L’équipe Atos est connue pour sa philosophie de « recherche et développement », as-tu appris quelque chose de nouveau durant ce camp? Que penses-tu du fameux « Modern Jiu-jitsu »?

Bien sûr! Chaque jour nous apprenions tous quelque chose et nous échangions nos secrets… Le modern jiu-jitsu? Bien… je ne sais pas, le jiu-jitsu moderne est en constante évolution et ne cesse de se complexifier… Cependant je préfère ne pas me spécialiser dans le gi, je préfère améliorer mon jeu complet de principes et de stratégies qui fonctionnent avec ou sans le gi.

PR : Ton coéquipier Atos, Keenan Cornelius, a déclaré dans une précédente interview quelque chose de vraiment très intéressant vis à vis du débat entre l’ancien et le nouveau jiu-jitsu. « Tu peux vivre par l’épée mais ne te plains pas si tu te fais tirer dessus ». Qu’en penses-tu? Est-ce que le jeu moderne est-il si supérieur?

Je suis d’accord avec ce qu’il dit, j’aime prendre des risquer pour aller chercher une soumission mais en même temps ça peut me couter des points voire me faire prendre dans une soumission…. Ce n’est pas grave parce que je ne suis pas un combattant « à points », j’aime prendre des risques à l’entrainement pour que je puisse avoir de plus belles victoires dans mes matchs et combats. Même si je perds ce n’est pas grave, chacun de mes adversaires devra défendre plus soumissions. Je préfère être respecté que parfait.

PR : Penses-tu qu’un compétiteur de jiu-jitsu ou un entraineur se doit de rester en contact avec les innovations du sport ou peut-il rester uniquement fidèle à son ancien jeu?

Ça dépend des individus. J’aime rester connecté aux évolutions du jeu, cependant il y a beaucoup de choses du vieux jiu-jitsu qui sont très importantes et n’ont jamais changé. Les principes basiques fonctionnent toujours.

PR : Durant les derniers tournois ADCC et IBJJF nogi nous avons pu noter que la garde est devenu quelque chose de réellement difficile à passer. Les récentes innovations en matière de Reversed De La Riva et de Knee Shield contribuent énormément à prévenir nombre de passages de garde. L’ADCC propose plus de moyens d’attaquer ces gars du fait de l’autorisation complète des attaques de jambe (clés de talon et knee reaping notamment) tandis que l’IBJJF limite leur utilisation. Le résultat est que les matchs ADCC sont bien plus actifs que les matchs IBJJF. Penses-tu que le nogi devrait toujours aller avec une autorisation complète des clés de jambe pour garder les matches vivants?

Ouais, carrément!! Les clés sont une partie du jiu-jitsu!! Le moment où tu les supprimes, tu rends le magnifique jeu de soumissions du jiu-jitsu incomplet et tu affaiblis l’aptitude du pratiquant à se défendre contre les autres grapplers qui connaissent et utilisent les clés de jambe.

PR : Dans une interview récente tu as abordé le sujet d’un système idéal de pointage pour le jiu-jitsu (pas d’avantages notamment) peux-tu nous en dire plus? Accepterais-tu de combattre dans un tournois IBJJF si ceux-ci décidaient d’implémenter ces nouvelles règles (on en doute mais bon…) ou préfèrerais-tu en rester à l’ADCC et aux galas submission only?

J’aime cette idée… Elle m’est venue en participant au tournois Gracie de 1998. La première personne à obtenir 15 points ou une soumission gagnait le combat. J’ai gagné le tournois , bloquer le jeu était impossible!! C’est mon idée générale, éviter les blocages.

PR : Voudrais-tu combattre de nouveau en gi dans le futur? A un gala metamoris ou le world expo par exemple?

Je pense qu’un jour je combattrais de nouveau en gi, c’est juste que je n’aime pas les règles qui m’empêchent d’attaquer les jambes. C’est comme dire à un boxeur thai qu’à partir de maintenant il ne peut plus que boxer. Bien sûr que le kickboxeur peut boxer mais il s’agit de lui enlever la plupart de son expérience et de ses armes en lui autorisant uniquement sa boxe.

PR : Tu avais un combat de prévu contre Rousimar Palhares au dernier Jiu-jitsu World Expo 2013, Rousimar s’est blessé et a du se retirer de la compétition. Penses-tu que ce match se réalisera dans le futur? C’était clairement le combat le plus attendu et populaire du gala!

Je suis sûr que c’est très possible… Le seul soucis c’est que je combats dans une division de poids plus lourde que Rousimar, c’est un incroyable athlète et j’étais vraiment triste qu’il se soit blessé à l’épaule… Je lui souhaite une convalescence rapide. J’étais la seule personne à avoir accepté de l’affronter! Il est effrayant et très puissant mais mérite une seconde chance après son licenciement de l’UFC. Il est en fait quelqu’un de très gentil et je lui souhaite le meilleur dans sa carrière en MMA. Nous aurons peut-être notre match un jour, qui sait?

PR : Rousimar a eu une carrière fantastique en MMA en se focalisant sur son jiu-jitsu et en allant chercher les clés de jambe chaque fois qu’il ne pouvait amener au sol facilement son adversaire. Tu es toi même un spécialiste des clés de jambe, penses-tu que la manière Rousimar de pratiquer le MMA peut influencer la nouvelle génération JJB/MMA? Penses-tu que tu aurais pu/du implémenter le même type de plan de jeu dans ta propore carrière MMA?

Carrément, particulièrement maintenant que j’ai enfin complété mon jeu de clés de jambe. Ça serait une très bonne stratégie pour moi et je l’utilise actuellement. J’ai ma propore façon de faire, elle est similaire à celle de Rousimar et est très efficace en MMA. Je pense que ça peut influencer énormément le jeu dans le futur! J’en suis certain!

PR : Merci Dean, nous espérons te voir de nouveau sur la scène JJB en 2014, à bientôt!

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur



Retour en haut de page ↑
  • Catégories

  • Archives

  • Articles récents