Interviews mendes_bros

Publié le 7 janvier 2013 | par Panta Rei

0

Interview exclusive avec les Mendes Bros

Les frêres Mendes font incontestablement partie des plus grands compétiteurs internationaux de jiu-jitsu brésilien. Très disponibles et abordables, ils ont bien voulu nous accorder une interview.

Panta Rei: Vous êtes tous les deux très jeunes mais vous avez déjà eu de grands succès en jiu-jitsu, gi et no-gi, ayant gagné les plus prestigieux tournois dont les championnats du monde, l’abu dhabi pro et même l »ADCC! Quel est la prochaine étape et comment faites vous pour garder votre motivation?
Mendes Bros:Notre motivation vient de notre propre vie, quand on voit comment elle s’est améliorée et a changé ces dernières années. Gagner des tournois est une chose qui nous rend heureux, de vivre de ce que nous aimons, d’avoir une meilleure vie. Que notre réussite soit une inspiration pour ceux qui viendront après nous, c’est ce qui nous motive chaque jour. La prochaine étape est de continuer à bien se débrouiller en compétition, de rester au top de notre division en gagner les tournois. Cependant, en dehors des compétitions, nous voulons ouvrir notre propre école pour avoir nos étudiants et les aider à devenir les meilleurs du monde, c’est ça la prochaine étape.

PR: Une grosse part de votre succès est due à votre méthodologie et votre approche de l’entrainement. Comment approchez-vous votre entrainement? Pouvez-vous nous parler du concept du « laboratoire Atos »?
MB: Les sessions d’entrainement sont le fuel mais tu dois être concentrés sur tes objectifs pour les atteindre, c’est la chose la plus importante. L’entrainement à Atos est extraordinaire, de grands champions sur le tatamis, des personnes qui sont toujours en train de s’aider, on adore ces gars! Ils étaient et sont nos professeurs, nos coaches, nos partenaires d’entrainement et, surtout, nos grands amis, notre famille. Il n’y a pas de secrets, nous sommes seulement des amis partageant le même but et essayant d’améliorer notre vie.

PR: Andre Galvao est un fervent croyant dans les vertus du drill, pensez-vous également qu’il est nécessaire de driller les techniques constamment?
MB: Bien sûr! Depuis que nous avons commencé à nous entrainer en jiu-jitsu, nous avons drillé des positions à chaque session. La plus grosse erreur que l’ont peut voir dans les écoles est de voir les étudiants driller sans conviction. Faites de votre mieux parce que si vous drillez mal les technique, vous vous y entrainez mal et durant le combat vous les faites de la même manière que vous les avez pratiquées à l’entrainement.

PR: Quelle est la proportion de sparring et de drills dans votre entrainement?
MB: 50% drills et 50% sparring.

PR: Le sparring peut mener à des blessures, ce qui peut amener à ne pas pouvoir participer à certains tournois, comment faites-vous pour rester en bonne santé? Tournez-vous avec tous les différents types d’adversaires ou préférez-vous vous entrainer avec des partenaire de votre division (comme Bruno Frazatto)?
MB: Nous ne croyons pas que le sparring peut amener des blessures, les blessures sont des accidents et ils peuvent arriver n’importe quand, n’importe où. Tu peux marcher dans la rue, trébucher et te faire mal, le plus important: quand tu es sur le tatamis, tu dois être concentré, même lorsque tu t’échauffes, jusqu’à la fin de la session, il faut faire attention. Nous travaillons notre condition physique, cela aide à se prémunir contre les blessures et nous nous entrainons avec tout le monde, peut importe leur gabarit ou leur ceinture. Cependant, une semaine avant les tournois, nous préférons nous entrainer avec les légers, afin de moins tirer sur notre corps.

PR: A propos de gabarits, quand allons nous vous voir dans la division absolute du Mundial ou de l’ADCC?
MB: Tant que l’absolute se déroule avant notre division ce sera dur de le faire parce que nous nous entrainons tous les jours pour cette compétition et nous ne voulons pas nous blesser et participer à notre division sans être à 100% de nos capacités. Au World Pro à Abu Dhabi, la division absolute est la dernière division donc nous la ferons toujours. Nous aimons vraiment nous tester contre des adversaires plus gros et plus puissants que nous!

PR: L’année dernière, Rafael, tu as fait un très bon parcours dans la catégorie absolute de l’Abu Dhabi pro, combattant le roi actuel des -99kg, Rodolfo Vieira. Tu lui as concédé la victoire mais tu l’as amené à une décision arbitrale (Ndlr: en jiu-jitsu lorsque le combat arrive à la limite de temps et que le score est à égalité c’est l’arbitre qui en désigne le vainqueur). C’est un exploit pour un léger, qu’as-tu appris dans ce combat?
MB: Perdre est toujours mauvais, ça ne change rien que ça soit face à un lourd ou un léger, je n’ai pas atteins mon but dans ce tournois. Je suis un compétiteur et quand je m’inscris dans une division, je fais de mon mieux pour en devenir le champion. La seconde place n’est pas assez pour moi parce que ce n’est pas la raison pour laquelle je m’entraine dur chaque jour. J’ai appris que tu peux affronter n’importe qui si tu es bien entrainer, confiant et que tu as du cœur. Rodolfo est très bon et ce jour là, l’arbitre a décidé qu’il avait mieux combattu que moi (Ndlr: Tout le monde n’a pas pensé comme lui et la décision a fait débat 😉 ).

PR: Dans le même tournois, vous vous êtes affrontés en finale de votre division. Comment est-ce d’affronter un frère? Aviez-vous un accord avant le combat pour faire une match de gala?
MB: Quand tu combats un frêre, c’est différent. Quand tu combats contre un rival, tu es motivé avec ton adrénaline, tu veux gagner et ton corps sait que tu ne veux pas perdre et tu le sens, tu deviens nerveux, tu deviens plus fort et concentré vers la victoire. Quand tu combats ton frêre, tu ne ressens pas ça parce qu’il n’y a pas d’adrénaline, tu ne seras pas énervé s’il gagne. Ce n’est plus une compétition, ça devient un match d’entrainement, uniquement pour montrer aux spectateurs nos capacités.

PR: Rafael, dans une précédente interview de Roger Gracie, tu lui as posé la question suivante « Tu perds le combats par deux points et tu as es dans le dos de ton adversaire avec un crochet mis, à trente secondes de la fin; essayes-tu d’avoir la soumission au risque de perdre le combat si l’adversaire résiste ou cherches-tu à mettre l’autre crochet pour gagner le combat aux points? » (ndlr: en jiu-jitsu la prise de dos vaut 4 points si et seulement si les deux crochets sont placés) » Et toi, que ferais-tu dans la même situation?
MB: Premièrement, je mettrai le seconde crochet, pour assurer la victoire, ensuite j’essaierai de le soumettre. En compétition, l’important est de gagner.

PR: Etudiez-vous le jeu de vos opposants avant un tournois? Regardez vous les DVD de Ryan Hall ou de Jeff Glover pour vous aider à comprendre leur jiu-jitsu?
MB: Nous étudions nos adversaire, nous cherchons toujours à repérer leurs points forts et faibles, comme ça lors que nous les affrontons nous connaissons déjà la manière la plus facile de les battre. Nous aimons voir les gars combattre, parce que quand on les voit combattre, on peut voir ce qu’ils font réellement quand ils sont testés.

PR: Vous avez lancé un site internet « www.mendesbros.com » où vous comptez publiez des cours online sur votre système. Quand sera-t-il opérationnel et que pouvons nous en attendre?
MB: Nous sommes impatients de lancer notre site, nous avons essayer d’en avoir un depuis longtemps mais nous avons eu un certain nombre de problèmes. Ce n’est pas facile à faire et ça prend du temps. Nous sommes perfectionnistes et la précédente version du site que des personnes nous avaient faite ne nous a pas plu donc nous avons tout recommencé depuis le début. Là, le site est presque, nous attendons le bon moment pour le lancer, ce sera pour bientôt et nous voulons avoir le meilleur programme online donc nous travaillons dur pour y arriver. Nous enseignerons toutes nos techniques, nous ne sommes pas du genre à garder des secrets, nous montrerons au monde entier ce que nous faisons.

PR: Si je me souviens bien, vous aviez déclaré dans le passé que votre jeu depuis la garde consiste principalement à contrôler la distance, l’espace. Vous êtes de gros utilisateurs de la garde De la riva, et de la riva inversée, garde inversée, demie-garde avec genou en bouclier, … Avez-vous arrêté de travailler le système traditionnel en garde fermée? Que pensez-vous de la rubber guard? Ces systèmes semblent assez opposés au votre?
MB: Notre travail de garde consiste à contrôler la distance, c’est un de nos points clés, nous aimons les gardes qui nous permettent de combattre des gros gabarits aussi bien que des petits parce qu’on ne peut pas choisir, on doit être prêt à combattre n’importe qui. Nous utilisons beaucoup la garde fermée, depuis elle tu peux très bien contrôler ton adversaire! Nous n’aimons pas utiliser la demie-garde classique ou la deep-half guard parce si tu combats contre un adversaire beaucoup plus lourd que toi, tu seras en difficulté. Mais évidemment, on doit s’entrainer à toutes ces techniques, on doit être prêt pour toute situation qui peut arriver durant un combat.

PR: Penses-tu que cette approche peut fonctionner en MMA?
MB: Tout peut fonctionner si tu passes suffisamment de temps à le perfectionner. Le MMA permet tout, tu peux combattre en demie-garde, en garde fermée, tu peux faire des amenées au sol, tu dois juste être préparé et affuté.

PR: Penses-tu que le jiu-jitsu est toujours un système de self-defense, un art martial, ou « juste » un sport?
MB: Les deux, si tu travailles les techniques de jiu-jitsu, tu travailles la self-defense également, tous les mouvement auxquels nous nous entrainons pour devenir des champions sportifs peuvent être utilisés pour se défendre si on en a besoin. Je pense que les académies montrent le JJB comme un sport parce qu’un sport est en constante évolution mais j’apprécie vraiment quand je vois des écoles qui enseignent aux enfants et aux femmes le jiu-jitsu comme un système de self-defense.

PR: Planifiez-vous un saut vers le MMA un jour?
MB: Nous ne savons pas encore, nous sommes encore si jeunes et nous avons beaucoup de choses à accomplir dans notre carrière en jiu-jitsu avant tout.

PR: Quels ajustements pensez-vous qu’un combattant de jiu-jitsu d’élite doit faire pour être victorieux en MMA?
MB: Je pense qu’ils doivent s’entrainer debout mais ne jamais arrêter le jiu-jitsu, ne jamais oublier quel est leur point fort, nous voyons un grand nombre de gars rester debout et oublier le jiu-jitsu, c’est une grosse erreur.

PR: Que pensez-vous de Rousimar Palhares, qui se fait une carrière en mettant des clés de jambe à ses adversaires? Pensez-vous que votre garde 50/50 peut être un outil majeur pour un combattant de jiu-jitsu en MMA?
MB: Palhares est un vraiment un combattant coriace et il a beaucoup de cœur, il se débrouille très bien!! Comme je l’ai dit plus haut, tout peut fonctionner si l’on passe suffisamment de temps à l’affuter.

PR: Comment vous-entrainez vous aux clés de jambe pour éviter les blessures?
MB: On s’entraine pour ne pas laisser l’adversaire les avoir. Si il en a une c’est parce qu’on a fait une erreur avant, donc on tape rapidement et on recommence.

PR: Dans le passé, les combattants de jiu-jitsu étaient connus pour ne pas aimer les clés de jambes et s’en méfier. Cela a évidemment changé vu que la majorité des combattants d’élite  sont désormais experts en clé de jambe, qu’en pensez-vous?
MB: Ça me plait, les pieds et les jambes sont une grosse partie de nos corps et nous devons savoir comment les attaquer et comment les défendre quand nous combattons. Les clés de pied sont un bon moyen de gagner un combat donc nous devons nous entrainer à ces positions!

PR: La dernière, et plus importante question, entre vous deux, qui démonte l’autre à l’académie? (vous ne pensiez pas échapper à cette question crucial quand même? -rire-)
MB: Le premier qui se fatigue meurt! Rire

PR: Merci d’avoir répondu à notre longue liste de question! Nous espérons vous voir de nouveau cette année dans les tournois principaux, nous vous laissons les dernières lignes pour transmettre un message à nos lecteurs!
MB: Merci beaucoup pour ces question, nous espérons que les lecteurs aimerons l’interview! Nous sommes des gars réellement dédiés au jiu-jitsu, venant d’une petite ville du Brésil, nous travaillons dur pour être victorieux! Nous sommes des chrétiens et nous croyons en Dieu, IL est le chemin de la vérité, suivez-le et vous deviendrez une meilleure personne et de bonnes choses arriverons. N’abandonnez JAMAIS vos rêves, vous pouvez les accomplir! Que Dieu vous bénisse et s’il vous plait, suivez nous à notre page Facebook: www.mendesbrosfans.com et twitter.com/mendesbros, dites nous que vous avez lu cette interview! OSSS

 

Tags: , , , , ,


A propos de l'auteur



Retour en haut de page ↑
  • Catégories

  • Archives

  • Articles récents